Uncategorized

[Musique] bonjour à tous et merci de nous rejoindre pour ce nouveau numéro d’ europe hebdo je suis ravi de vous accueillir ici au parlement européen à bruxelles pour cette nouvelle saison c’est parti pour une demi heure d’actualité européenne dans cette édition nous irons en espagne devenu ces derniers mois la principale porte d’entrée des migrants tentant de rejoindre l’europe arrivé au pouvoir en juin dernier le premier ministre espagnol pedro sanchez avait marqué les esprits en accueillant à bras ouverts l’aquarius ce bateau humanitaire transportant à l’époque 630 migrants que l’italie et malte avait refusé de laisser accoster notre reporter s’est rendu dans le sud de l’andalousie à algeciras ou seulement quelques kilomètres séparent les côtes africaines de l’union européenne nous débattrons ensuite du dossier brûlant de la politique migratoire européenne avec nos trois invités mais d’abord revenons sur le sujet qui s’est placée au coeur de la rentrée européenne cette europe fracturé par un affrontement entre nationalistes et progressistes lors d’une rencontre avec le ministre de l’intérieur italien matteo salvini à la fin de l’été viktor orban le premier ministre hongrois avait désigné emmanuel macron comme son principal adversaire depuis deux camps se dessinent au sein de l’union européenne je vous propose d’écouter le président français qui réagissait la semaine dernière sur ce sujet au sommet informel de salzbourg pour moi la crise que l’europe vit ces dix des dix dernières années c’est une crise existentielle c’est la capacité à savoir si le projet politique conduit par les pères fondateurs qui a consisté très clairement à savoir conjuguer les intérêts nationaux pour définir quelque chose de plus grand peut toujours prévaloir moi je considère que oui et c’est la bataille que je vais mener de là où je suis et c’est la bataille que tous les progressistes en europe doivent conduire que tous les démocrates doivent conduire et face à ça il ya une alternative fayet notre terme de l’alternative simple ceux qui disent cette europe ne marche plus il faut en sortir en sortir totalement le break site en sortir à la carte je ne suis pas solidaire sur les migrations ne suis pas solidaire sur l’économie la finance au fond la briser c’est ça le grand défi et c’est un combat historique ce n’est pas une élection comme les autres et pour discuter de ce clivage 1 et de la montée des populismes en europe j’ai le plaisir de recevoir aujourd’hui ramona comment bonjour bonjour vous êtes directrice de l’institut d’études européennes ici à bruxelles vous êtes d’origine roumaine et vous connaissez très bien ces démocraties d’europe de l’est viktor orban contre emmanuel macron les populistes contre les progressistes c’est sans doute l’opposition qui va dominer toute cette année marquée évidemment par le scrutin européen qui arrive en mai prochain l’union européenne selon vous pour tel un danger à rentrer dans un débat aussi frontale 1 oui tout à fait je pense qu’il y avait ici à un danger mais je voudrais tout d’abord dire que donc on retrouve ici la stratégie de viktor orban qui consiste à identifier des ennemis qui consiste à créer des lignes de démarcation entre eux et nous et donc on voit ici tu es bien littoral qui se pressent depuis quelques années comme le défenseur de la lutte contre l’immigration illégale et donc ils pointent du doigt et manier le mâcon il ne s’agit pas vraiment d’un clivage dans le sens propre du terme il s’agit d’une auto délimitation c’est une étiquette a été proposée qui a été imposé par un victor orban qui peut être électoralement profitable il faut aussi savoir que c’est dans le contexte des élections européennes de l’année prochaine viktor orban est en train de construire un mouvement il s’appellerait le mouvement avec les pays de visegrad puce l’autriche éventuellement parce que son objectif est justement de changer la composition des institutions européennes la composition du parlement la composition du parlement européen de la commission du parlement européen et donc ils cherchent à trouver des alliés il cherche à trouver des alliés au sein du parti populaire européen et aussi de manière générale des partis politiques qui sont contre contre le multi qui s’opposent au multiculturalisme et qui sont favorables au renforcement des frontières alors justement victor b né le ministre de l’intérieur italien ans matteo salvini qui affichait en leur amitié à la fin de l’été pourtant on sait que les deux dirigeants et bien ne veulent pas la même chose notamment sur le dossier de l’immigration puisque l’italie réclame plus de solidarité plus de répartition alors que la hongrie refuse toute idée en de quotas de répartition finalement quels sont les points communs entre l’italie de matteo salvini et ces pays de l’est de l’europe selon vous a priori il n’y a pas beaucoup de points communs parce que la géographie et l’histoire de ces pays surtout sur le dossier de l’immigration sont très différents mais justement matteo salvini et viktor orban sont en train d’identifier ces points pour la défense d’une autre d’une autre d’une autre europe et donc matteo salvini d’une part cherche des alliés victor schoelcher si

des alliés et on sait très bien que pour le moment les deux leaders sont divisés sur la question de l’arrêt location à ce que ben l’italie cherche à la répartition cherche à répartir le nombre de migrants alors qu’elle est pays de visegrad s’y opposent alors le 12 septembre dernier a en tout cas le parlement européen a voté pour le déclenchement de l’article 7 à l’encontre de la hongrie c’est une procédure rare qui peut mener l’état membres incriminés à être privé de son droit de vote au conseil je rappelle qu’en décembre dernier cette fois c’était la commission européenne qu’il avait activé contre la pologne mais dans les deux cas et bien il ya peu de chances que cette procédure aboutisse un puisqu’on sait qu’elle nécessite un vote à l’unanimité des états membres et on sait que la pologne ne votera pas contre la hongrie et inversement ce sont finalement les mauvais élèves qui se protègent entre eux mauvais élèves ou base élèves je ne sais pas mais en tout cas il y aura le vote est le soutien des pays qui sont en train de mener de développer des formes similaires dans le domaine de la justice c’est donc ici bien évidemment je fais référence à la pologne et comme vous l’avez très bien dit et je pense que cette procédure ne va pas aboutir parce que à mon avis cet article c’était la procédure en tant que telle n’a pas été inscrite dans les traités pour adopter pour pouvoir adopter des sanctions et dès le départ c’était de pouvoir mener un dialogue avec les pays concernés or ici ce que nous voyons clairement c’est qu’il n’y a pas de dialogue et au calme le dialogue n’a pas donné les résultats c’était parce que ton la pologne que la hongrie sont allés très loin dans la réforme de leur institution judiciaire en adoptant des réformes qui mettent en danger l’indépendance de la justice mais aussi inamovible ils étaient des juges d’accord et pour terminer ramona comment j’aimerais rapidement abordé un autre dossier brûlant du moment je pense évidemment au brésil un dossier sur lequel cette fois les états membres ont plutôt parlé d’une seule voix en refusant le plan de shaker sens proposé par teresa may la première ministre britannique je vous propose d’écouter sa réaction le référendum a été l’exercice démocratique le plus important que ce pays a jamais entrepris nier sa légitimité ou aller à l’encontre de son résultat menace la confiance du peuple dans notre démocratie c’est la raison pour laquelle depuis plus de deux ans et j’ai travaillé jour et nuit pour livrer un accord de sortie de l’union européenne les ce1 voie et j’ai travaillé pour fédérer autour de moi même lorsque cela ne semblait pas toujours possible personne ne souhaite un accord viable plus que moi mais que les choses soient claires pour l’union européenne je ne reviendrai pas sur le résultat du référendum je ne briserait pas non plus mon pays nous avons besoin d’un engagement sérieux pour la résolution des deux grands problèmes des négociations et nous nous tenons prêts étaient alors en effet un même s’ils donnent elles tout ce que le président du conseil ans s’est voulu rassurant à l’issue du sommet de salzburg la semaine d’un en affirmant qu’un compromis bon pour tout le monde était encore possible on voit se dessiner la menace d’une sortie sans accord d’un odile finalement qu’est ce que cela signifierait à la fois pour les britanniques et pour l’avenir de l’union européenne on est très en retard dans l’adoption de cet apport de retrait mais aussi dans la déclaration concernant les relations futures entre londres et les 27 états membres de l’union européenne fait son retard parce que ces documents auraient dû être prêt pour le 29 mars est donc les documents devaient être approuvés par les deux parlements on est très en retard par rapport à quoi par rapport à tout ça il y a quatre points qui bloquent encore il ya la question des frontières il ya la question des appellations géographiques et protéger la question de la cour de compétence de la cour de justice et de manière générale la gouvernance de l’accord dont quatre points de blocage en même temps je dirais aussi qu’il y à déplomber qui se prépare parce que par exemple il ya toute une partie de la législation et de droit européen qui est adoptée temporairement par les britanniques pour pouvoir continuer à dérouler leur activité dans différents secteurs à l’exemple le secteur des médicaments j’ai entendu dire que par exemple en cas d’absence d’accord il y aura par exemple les relations commerciales vont être régis par les dispositions de l’organisation mondiale du commerce donc il y a quand même un certain nombre de dispositions qui se met en place donc il ya quand même beaucoup d’incertitudes par rapport à tous ces éléments là et puis le risque bien évidemment est de voir des files aux frontières salon j’ai appelé le 29 mars est la date d’entrée en vigueur de cet accord merci beaucoup merci à main comme éclairage on passe maintenant à l’autre dossier qui agite le débat européen particulièrement houleux en cette rentrée celui de l’immigration avant d’en parler avec nos invités je vous propose de regarder ce reportage tourné dans l’extrême sud de l’espagne en andalousie alors que la route des balkans et fermé que la grèce a vu les arrivées nettement diminué depuis l’accord de l’union européenne avec la turquie et que la route de la libye est rendue de plus en plus difficile par

l’augmentation des garde-côtes libyens c’est la route espagnol qui est devenu cet été le principal point d’entrée voyez ce reportage signé jérôme bradés [Musique] à la pointe sud de l’andalousie l’afrique est à portée de regard même si les jours de brume on distingue à peine la côte marocaine et ses falaises 14 deux petits kilomètres qui constitue désormais la principale voie de passage des migrants qui tentent de rallier l’europe pour veiller sur ceux des trois comme chaque jour dans le port d’algésiras le service maritime de la guardia civil va prendre la mer des zodiac et des vedettes patrouillent dans les eaux sous responsabilité espagnol soit jusqu’à 1 km des côtes marocaines et cette année en à peine huit mois le nombre de traversées a explosé ghailani l’année dernière le chiffre a atteint 5000 migrants simplement dans cette zone et cette année on en est déjà presque à 14000 juste dans la zone du détroit donc en extrapolant on a multiplié par quatre nos interventions par rapport à l’année dernière qui constituait déjà une forte augmentation et en andalousie seulement on s’attend à arriver à 40 45 mille personnes d’ici la fin de l’année les moyens de la guardia civil ont été renforcées notamment par le déblocage de fonds de l’union européenne et alors que leur mission principale était de traquer les trafiquants de drogue ils scrutent désormais la mer pour repérer les embarcations de migrants tu peux me passer les jumelles s’il te plaît devant la proue regarde à 11 heures fausse alerte pour cette fois mais en cas d’ embarcations de migrants ils vont systématiquement porter secours à ceux qui prennent la mer dans des conditions extrêmes notre mission c’est la lutte contre l’immigration illégale et dans cette lutte la première réponse est de se courir ce sont des personnes qui traversent sur des embarcations surchargées enfin des embarcations dans le meilleur des cas mais le plus souvent dans ce que nous appelons des jouets des bateaux gonflables s’est joué que vous pouvez acheter dans n’importe quelle boutique de plage et si on n’allait pas les sauver dirait par leurs propres moyens ou il ce noir et comme malheureusement cela se passe souvent aujourd’hui pas de migrants récupérer mais quand le temps est clément ils peuvent être plusieurs milliers comme en juillet dernier des camps d’accueil ont donc été monté en urgence dans les environs d’alger six races ou un tri est opérée les marocains sont renvoyés immédiatement grâce à un accord avec le royaume chérifien pour les autres principalement venus d’afrique de l’ouest les associations prennent le relais un phénomène pas si nouveau pour les bénévoles d’algésiras accords et l’accueil d’algésiras fondée en 1991 quand on appelait encore ces migrants des boat people et la cnda corrida ici c’est le premier lieu où ils arrivent le bureau d’accueil de l’association c’est là qu’on les reçoit et qu’on prend en compte des demandes de chaque personne ici chaque jour dix à quinze migrants viennent chercher de l’aide une activité intense et avec des moyens insuffisants malgré l’image accueillante de l’espagne à certains moments oui on met les moyens nécessaires comme pour la foire illustres mais une semaine après ils arrivent ici sur la côte d’algésiras et il n’y avait pas assez de moyens matériels et les gens ont dû dormir par terre dans des gymnases car il n’y avait pas assez de lits pas assez de policiers donc d’une part une solution un peu cosmétique et d’autre part la dure réalité c’est que de nombreuses fois on s’en occupe très mal car on n’a pas les infrastructures suffisantes pour toutes les personnes qui arrivent pour ceux qui ne tente pas leur chance ailleurs en espagne ou en europe l’association met en place un parcours d’intégration avec notamment des cours d’espagnol allez venez on va commencer aujourd’hui ils sont une dizaine à venir suivre le cours allons-y on va commencer la classe d’espagnol certains sont un peu avancé car ils sont là depuis quelques mois d’autres sont nouveaux et on va donc reprendre un petit peu au début ils viennent d’afrique de l’ouest du maghreb mais aussi des zones tribales entre l’afghanistan et le pakistan et sont en attente pour leur demande d’asile mon nom est nisar je viens du pakistan j’ai 21 ans et je viens à algeciras l’espagne m’a beaucoup aidé a fait

beaucoup de choses pour moi pour le logement pour pouvoir m’acheter à manger et maintenant j’attends mes papiers et après pour trouver du travail la première chose est la plus importante c’est de venir parler espagnol face à cet afflux le sentiment de la population est assez partagés sur la nouvelle politique mise en place par le parti socialiste espagnol et c’est là aussi les autres pays ferment leurs frontières nous devons ouvrir nos portes pour aider car qui sait un jour si nous n’aurons pas besoin d’émigrer et à ce moment là on trouvera les frontières fermées je pense qu’il faut d’abord s’occuper en premier des gens de la maison et après si possible des gens de l’extérieur moi ça ne me dérange pas de dire cela même si ça a l’air raciste mais c’est comme toi dans ta maison tu va d’abord s’occuper de son enfant avant d’aider ceux qui sont dehors si tu peux donc pour moi c’est pareil prête à tout pour s’intégrer nisar espère avoir une réponse rapide de l’administration pour pouvoir enfin travailler à moins d’un an des élections européennes reste à savoir si le dossier migratoire aura raison de l’île aux espagnols dans un océan européen de progression et populiste [Musique] et pour en discuter j’ai le plaisir d’accueillir sur ce plateau juan lopez aguilar bonjour bonjour vous êtes vous faites partie du ps a eu le parti socialiste ouvrier espagnol c’est le parti de pedro sanchez et dans ce parlement européen vous appartenait au groupe des socialistes et démocrates face à vous aujourd’hui mario borghezio bonjour bonjour vous êtes italien ans membre de la ligue qui est le parti au pouvoir en italie avec le mouvement 5 étoiles c’est notamment le parti de matteo salvini le ministre de l’intérieur italien et enfin pour compléter ce plateau j’ai le plaisir de recevoir frank engel bonjour bonjour vous êtes membre du parti chrétien social luxembourgeois et au parlement européen vous appartenez au ppe le parti populaire européen alors pour commencer à juan lopez aguilar on voit dans ce reportage le président d’une association d aide aux migrants parler de la dure réalité du manque de moyens qu’il subit tous les jours face à des solutions qu’il qualifie de plus cosmétique car il fait évidemment référence à cet accueil bras ouverts de l’aquarius 1 par le premier ministre espagnol on s’en souvient c’était à valence on se souvient aussi en août 1,2 ce renvoi collectif d’une centaine de migrants alors qu’ils avaient forcée à la clôture de ceuta finalement selon vous est ce que ce sont des signaux contradictoires envoyés par le gouvernement espagnol sur sa politique migratoire les cantons avec science on dans un niveau européen c’est pas un problème espagnol c’est un problème est européen surtout après l’entrée en vigueur du traité de lisbonne la situation c’est très difficile c’est tout à fait vrai que l’espagne c’est le seul pays de l’union européen qui a des frontières terrestres avec le continent africain c’est on fait les pays européens plus proche au continent africain et c’est tout à fait vrai que la pression migratoire les flux le corps à corps ont été déviés par conséquence de la manque de solidarité avec l’italie pour trop long de ton encore une fois vers l’espagne et l’espagne a réagi et l’espagne a eu un changement de gouvernement en gouvernement en socialiste et nous avons fait la différence encore une fois nous avons ayez la curieuse mais on doit rappeler que l’espagne a fait face à cette situation sont des concessions à la sérophobie et au populisme et l’espagne appel à la solidarité qu’est ce qu’un mandat européen après l’entrée en vigueur du traité de lisbonne la solidarité c’est pas plus une volonté c’est un mandat juridique contraignant pour tous les pays européens et l’espagne a rappelé la nécessité de construire une réponse de niveau européen il nous faut la rançon européen pas seulement la réponse espagnol et pas seulement la réponse nationale dans google alors c’est une politique migratoire au niveau européen qui est très difficile à trouver frank engel une réaction à ce que disait votre voisin un instant et la raison dans la mesure où évidemment on ne peut pas continuer éternellement à sa saison passée la balle quand il ya quand il ya un bateau avec des migrants qui doit accoster tout ça lamentable je trouve ça d’autant plus lamentable que ça n’a rien à voir avec le phénomène migratoire en tant que tel les chiffres de ceux qui sont déjà en grèce en italie en espagne aussi sont très très largement supérieur à l’apport de quelques centaines qui occasionnellement se présente encore une fois suite à des suites à des opérations de sauvetage en mer et on devrait être capable de trouver une logique pour les faire accoster que ce que ce soit à mal que ce soit en italie que ce soit ailleurs

logiquement à malte ou en italie par ce sont les choses les plus proches mais en même temps on ne peut pas éternellement non plus faire une fois un grand geste comme l’a fait perdre sans cesse avec le premier accueil de l’aquarius à valence est et ensuite dire bon enfin à partir de maintenant ça nous concerne plus alors justement la répartition des migrants de l’aquarius en début de semaine c’est une fausse solution un politique passion c’est une cette jeunesse est une solution c’est la solution nécessaire parce qu’il n’y en a pas d’autre et mon pays peuvent fait régulièrement partie de ceux qui disent volontairement on va en prendre une dizaine ou deux mais là encore quelques efforts surhumains ça doit être pour n’importe quel pays membres de l’union européenne de dire vingt personnes on peut encore peut-être les accommoder tout le monde peut être commandé 20 personnes et toutes les semaines donc a priori je trouve je trouve ce spectacle plutôt plutôt lamentable dans le sens où c’est manifestement le cas aussi du ministre de l’intérieur italien et le fait pour la galerie beaucoup plus que pour la substance parce que parra par rapport au fardeau que porte l’état lit et tout le monde le concède sans personne ne plus 200 personnes de plus ne constituerait pas vraiment une augmentation du problème c’est vrai que la grande lamente habilité dans le dossier et qu’effectivement nous avons laissé l’italie seule comme nous avons glace et la grèce seul avant et comme nous laisserons seuls très vraisemblablement l’espagne maintenant suite aux décalages géographique t des principaux mouvements parce que tous les autres s’en lave les mains elles se disent que finalement c’est assez bien qu’il doit y avoir quelqu’un qui s’en occupe tandis que tandis que nous n’aurons pas besoin ça concerne d’ailleurs aussi la france qui au delà des grandes déclarations du président macron a très très peu fait jusque là pour l’accueil des migrants ce que je trouve et bien pour le moins contestable alors oui justement à cette aquarius il est finalement devenu le symbole de la crise qui divise l’europe mario borghezio votre réaction oui je pense que je cette situation démontre la faillite de la politique européenne sur l’immigration et les exposants de ppp et de parti socialiste européens ils ont confirmé avec un jugement sévère mais ce qui a voté ses directives tombeuse sur l’immigration qui ont pas eu une vision realistic de la énormité de la pression virtuel mais aujourd’hui réels des populations de l’afrique on a laissé l’afrique seule pas seulement l’italie seule l’afrique seule parce que l’europe il dit continuellement qui veulent aider l’afrique mais les aides à l’afrique ont été les aides aux militaires de l’afrique au chef corrompu de but plusieurs pays de l’afrique et et les l’immigration continue parce que les gens puis des situations terribles des fois et donc il a il a décidé très bien le gouvernement et en particulier le ministre de l’intérieur italien a stoppé cette hypocrisie et donc évidemment nous sommes solidaires envers la situation de l’espagne alors je mets les leurs qui a été déterminé par la politique de l’union européenne où nous nous étions les seuls à au projet justement je reviens sur l’espagne en particulier ce renvoi de migrants en cet été le ministre de l’intérieur italien ans matteo salvini avait déclaré à l’époque sur twitter si c’est l’espagne qui le fait ça va mais si c’est moi qui le propose je suis raciste fasciste et inhumain oui nous notre gouvernement en particulier monsieur charles vinit lattes et objets il est actuellement tous les jours l’objet d’un culte fasciste non hagist et chez nos folles il parce que il a décidé de fermer les portes mais c’est la seule solution pour imposer à l’europe à cette europe aveugle la réalité et la réalité c’est que les peuples ils veulent une immigration bien réglé et chaque pays selon la possibilité d’accueillir l’italie déjà fait alors justement l’italie qui a le sentiment de s’être retrouvé seul en face à cette crise migratoire est ce que monsieur aguilar ce sentiment est partagé maintenant en espagne je viens d’écouter ce que teddy par le président de la ligue et je suis d’accord que la politique migratoire de l’union européen et oppressant faillite mais j’ai pas d’accord avec les diagnostics et j’ai pas d’accord avec la thérapie il y était infaillible justement parce qu’il n’ya pas une politique migratoire comment et les pays qui ont été sous la pression d’une façon plus forts ont été laissés seuls c’était les cadets l’italie et c’est maintenant les cales de l’espagne il faut construire une politique européen d’abord et après il faut construire à l’autre politique alternative politique européen parce que l’attitude négationniste c’est

un faillite l’absolu d’absence d’une voie régulière c’est à l’origine de ces fuites il faut établir des voix régulière et une approche plus positif plus constructif à la politique migratoire et il faudrait aussi changer selon les mandats des parlements européens ce qu’on l’appelle la relève en dédoublant deux doubles envoie la réforme et le le règlement dublin on a vu que c’était pratiquement impossible ce serait pour répartir les demandeurs d’asile parmi les états membres mais certains pays notamment le groupe devise gradins la hongrie en tête refusent toute idée de quotas de répartition il n’y a pas de politique migratoire européenne et c’est ça le problème ne peut pas être en faillite parce qu’on n’a jamais existé nous faisons de la politique de gestion de crise point final et le règlement de dublin n’a jamais été fait pour gérer des crises c’est un cetain c’est un jeune batteur des artistes comme on dirait en allemand une loi pour le goûtant et bien évidemment elle a été conçue à un moment où personne ne s’imaginait qu’en 2015 nous allions faire face à l’afflux que nous avons connue en 2015 encore en 2016 mais à la fin du conte en 2017 et en 2018 nous en sommes à des chiffres largement inférieurs à ce que nous avons connu en caser en 16es on devrait être capable maintenant de dire ok à la fin du compte que fait que fait le règlement de dublin le règlement de dublin et de la législation anti solidere par excellence parce qu’alors trois précisément à des pays comme l’italie hier et aujourd’hui où la soul espagne sans doute aujourd’hui la seule responsabilité d’accueil rien d’autre rien derrière donc s’il ya une demi million de gens qui arrivent à gauche ou en espagne c’est l’espagnol qui sur la base de ces textes doit s’en occuper ça n’est pas normal c’est un souci n’est pas normal ça défoule et nabeul et on sait que à la suite de l’instabilité politique que nous avons connue dans notre voisinage géographique mais également à la suite à l’éclatement de la libye et de l’effondrement de l’état en libye l’effondrement de l’état en syrie et à la fin du compte de l’effondrement de l’autorité de l’état sur de très très large partie de l’afrique nous sommes en présence constante de gens en mouvement par millions la très très grande majorité de ces gens ne quittent pas le continent africain il ya infime minorité qui prétend le quitter et nous faisons comme si nous avions en face de nous une invasion un demi million de personnes qui vont se rajouter un demi milliard de personnes c’est pas une invasion pour moi et si on arrivait à les distribuer de façon raisonnable équitable ce serait tant mieux je ne veux plus en envoyer d’ailleurs en hongrie ou en pologne ou en un autre endroit où j’aurais peur que les gens en plus d’avoir déjà vécu le martyr s’efface encore agressé mais je vais mettre ces pays et ces pays rigoureusement à contribution au des politiques d’accompagnement de la gestion migratoire et si ses payements n’ont pas lieu alors il ne devra plus y avoir de paiement pour ce pays du tout et il y à il ya un divorce dans la réalité la distorsion virtuel décès réalité la perception des européens c’est qu’ils ont nés sous la pression de libération de l’afrique et c’est tout à fait vrai que nous sommes deuxièmes en minorité ces audiences début l’effet de la situation est parfaitement géré à blé par une communauté des ventes de 8 est un membre jusqu’à présent dans lesquels il y à des états les plus riches du monde c’est donc ainsi que se termine ce débat aujourd’hui merci à tous les trois a dit avoir participé nous avoir éclairé un sur cette question épineuse évidemment qui risque encore d’être au centre des discussions dans les mois à venir merci à vous de nous avoir suivis et vous pouvez retrouver cette émission en replay sur nos différents sites lcpan public sénat et rtbf.be belle semaine à tous et à très bientôt [Musique]

You Want To Have Your Favorite Car?

We have a big list of modern & classic cars in both used and new categories.