Uncategorized

CHAPITRE V, Les immortels J’ai assisté moi-même, au camp de concentration de Mauthausen, aux événements que je vais raconter. Ceci se passait au printemps de 1944 Nous avons reçu un convoi de déportés qui n’étaient pas ordinaires : ils avaient demandé à être mis en camp de concentration Comme tout le monde en Allemagne – contrairement à ce qu’ils disent maintenant – savait ce qui se passait dans les camps de concentration, cette attitude était pour le moins surprenante. Aussi Ziereis, le fürher de notre camp, les interrogea-t-il aussitôt Nous avons très vite su ce qui s’était passé. Les nouveaux venus ont répondu : « Nous sommes les témoins de Jéhovah. Il nous a été rapporté que l’on commet des crimes ici. Nous voulons en être directement témoins et le jour du Jugement, placés à la droite de Dieu, nous lui rendrons personnellement compte. » Ziereis n’avait pas peur de grand-chose, mais il frissonna et leur a dit ; « C’est une erreur, je vais vous faire libérer immédiatement. » Sur quoi les Témoins de Jéhovah en chœur : « Mort à Hitler ! Périsse ce porc ! » Il a bien fallu les garder. Ils sont tous morts au crématoire. Mais je ne voudrais pas être à la place de Ziereis, que j’ai abattu personnellement à la Libération, lorsqu’il aura à s’expliquer devant le Visage juste C’est dire que je n’ai pas tendance à me moquer des Témoins de Jéhovah Or ils prétendent que 144 000 Immortels sont déjà parmi nous Cette tradition d’immortels parmi nous est très ancienne. En Chine déjà, on parlait de l’île des Immortels où on pouvait rejoindre certains sages du passé Dans toutes les civilisations, la tradition d’une petite minorité d’immortels vivant parmi nous est fondamentale. La légende la plus célèbre dans ce domaine est évidemment celle du Juif errant. Une de ses formes moins connue, et peut-être la plus belle, est celle-ci : le Centième Nom du Seigneur, le Nom ineffable, est inscrit sur une épée. Lorsque le Juif errant rencontre cette épée, il doit se remettre en route (il paraîtrait qu’il existe un analogue noir de cette épée, l’épée de l’Ordre noir, l’épée symbolique des S. S., qui porterait le nom secret de Satan en caractères runiques) Le Juif errant a bien entendu inspiré Eugène Sue et Alexandre Dumas. Mais il a aussi inspiré un nombre considérable de pamphlets racontant des rencontres avec cet Immortel fatidique. Des gens le décrivent, et d’autres comme Gustave Meyrinck disent : « Si tu le vois comme un homme, tu n’es pas encore éveillé. Mais si tu le vois comme un symbole sagittaire dans le ciel étoilé, sache alors que tu es élu faiseur de miracles.» Les apparitions les plus connues du Juif errant sont à Hambourg en 1542, en Espagne en 1575, à Vienne en 1599, à Ypres en 1623, à Bruxelles en 1640 et à Paris en 1644 Lors de l’apparition de Hambourg, Paulus von Eisen, l’évêque protestant du Schleswig, le rencontra En 1602, un pamphlet anonyme décrivant cette rencontre apparat C’est la première fois que l’on voit la légende désormais classique du Juif errant Ahasverus, cordonnier à Jérusalem, qui lorsque le Christ sur le chemin de la Croix veut se reposer contre sa porte le repousse. Jésus lui dit alors : «Je me reposerai quand je le voudrai, mais toi tu seras constamment en marche jusqu’à ce que je revienne.» Le pamphlet de 1602 a été imprimé on ne sait où, et l’auteur est inconnu. Le pamphlet a eu de nombreuses éditions. Au XVIIIe puis au XIXe siècle, le Juif errant devient plus rare. Il apparaîtra cependant à New Castle en 1790 et à Salt Lake City en 1868. Lors de cette visite et pour la première fois, il donne une interview à un reporter mormon appelé O’Grady du journal Desert News. Il ne s’est pas encore manifesté à Saint-Germain-des-Prés, mais tous les espoirs sont permis depuis que Saint-Germain le Rose-Croix immortel s’y est manifesté Il est trop simpliste, je pense, d’attribuer la légende du Juif errant à l’antisémitisme éternel. La tradition des Immortels vivant secrètement parmi nous ne dépend pas de l’antisémitisme, et il est assez naturel de penser qu’un Immortel ait pu assister à l’événement numéro un de l’histoire, la crucifixion Tout récemment, un auteur dramatique juif, David Pinsky, a repris la légende du Juif errant du point de vue juif : son Juif errant n’est pas un coupable, mais un chercheur immortel, désirant se trouver là lorsque le Messie viendra. Cela se rapproche de la version de Meyrinck La plus ancienne légende d’immortalité est l’épopée sumérienne de Gilgamesh Le héros trouve au fond de la mer une plante dont le suc restaure la jeunesse et prolonge la vie indéfiniment. C’est une idée assez voisine de la biologie moderne. Des savants tels que René Quinton ont pensé que le secret de l’immortalité réside dans la mer Depuis, et en passant par le Juif errant, la légende de l’immortalité physique, l’idée d’une minorité d’lmmortels parmi nous, est tellement répandue qu’elle mériterait un examen plus sérieux que ceux qui ont été faits jusqu’à présent. À ma connaissance, le seul examen

sérieux d’un moyen simple de parvenir à l’immortalité a été fait peu avant la Deuxième Guerre mondiale par le sénateur américain Roger Sherman Hoar. Partant de l’idée que la vieillesse est causée par l’accumulation de l’eau lourde dans l’organisme, Hoar en déduisit que l’élixir de longue vie pourrait être tout simplement une substance qui élimine de l’organisme l’eau lourde dans la sueur et les urines, de préférence à l’eau légère. Une telle substance aurait pu être trouvée empiriquement (ou obtenue par contact avec les Extra-Terrestres) dans un passé lointain et le secret serait conservé par une société d’immortels recrutant peu L’idée est assez plausible et une telle société d’immortels serait très difficile à déceler Même à notre époque, il est très facile de se procurer des faux papiers et de modifier suffisamment la classification de ses empreintes digitales pour que celles-ci ne soient pas classées dans le bon compartiment. Un petit graissage de pattes des fonctionnaires concernés suffit, et cela se pratique. Dans le passé, où il n’y avait ni empreintes digitales ni photographies, il était très facile de changer l’identité et de demeurer ainsi inaperçu Un petit nombre d’immortels parmi nous – quelques centaines dans le monde entier par génération d’hommes normaux – ne risque pas d’être détecté. Même en cas d’accident, on fait tout au plus une autopsie superficielle, on ne prélève pas de sang et on ne fait pas d’études détaillées Un Immortel écrasé par une automobile ou qui périt dans un accident d’avion ne risque pas d’être détecté Si les Immortels sont les seuls à connaître le secret de l’élixir de longue vie, d’autres l’ont cherché sans le trouver. Les alchimistes en particulier. La tradition chinoise dit qu’au IIe siècle de l’ère chrétienne, l’alchimiste Wei Po-Yang a découvert le secret de longue vie Il a rendu immortel l’un de ses disciples et ce qui est resté de l’élixir fut absorbé par le chien de l’alchimiste, qui devint immortel aussi Les alchimistes chinois croyaient que l’or était indispensable pour préparer l’élixir de longue vie, et comme ils étaient généralement des moines taoïstes ne pouvant se procurer de l’or, parce que trop pauvre, ils ont cherché à le fabriquer et ils paraissent y avoir réussi Mais ont-ils également fabriqué l’élixir de longue vie ? Malgré les légendes, ce n’est pas certain — Quant aux tentatives des alchimistes européens, s’ils paraissent avoir réussi le Grand Œuvre, ils ne paraissent pas avoir réussi l’élixir de longue vie, qui paraît avoir été trouvé indépendamment d’eux. Au XVIIIe siècle, le lexique universel de H. Zedler parle d’une panacea aqua, qui se présentait à toutes les analyses uniquement comme de l’eau très pure et qui cependant prolongeait la vie et guérissait de nombreuses maladies Elle était distribuée gratuitement par un M. de Villars, de Paris, sur lequel j’aimerais bien en savoir davantage. Il est tout à fait possible que ce soit là la première apparition connue d’un élixir dissolvant l’eau lourde C’est la même technique que l’élimination de l’eau d’un carburant : on ajoute de l’alcool qui part avec l’eau. Un traité attribué à tort ou à raison à Paracelse, et intitulé De Tinctura Physicorum, datant de 1570, parle d’une teinture grâce à laquelle des médecins égyptiens auraient vécu 150 ans. Vers la même période, un dénommé Salomon Trismosin se serait rajeuni plusieurs fois, aussi bien de visage que de cheveux que par le redressement de sa colonne vertébrale Interrogé jusqu’à quand il comptait vivre, il répondit : « Jusqu’au Jugement dernier » Lui aussi, semble-t-il, employait une eau modifiée. À notre époque, la société secrète possédant ce produit paraît s’être manifestée au XIXe siècle par la guérison de Goethe, qui était condamné. Alexander Von Bemius y fait allusion dans certains de ses ouvrages On a parlé d’une intervention de la société pour prolonger la vie du chancelier Adenauer, considéré par les membres de la société comme indispensable à la cause de la paix Cela n’est pas prouvé, mais Adenauer lui-même affirmait que des médecins possédant des techniques inconnues étaient intervenus dans son cas Goethe a été marqué toute sa vie par l’intervention des alchimistes pour le sauver À cette époque, en 1770, il écrivait à une amie, Mlle von Klettenberg : « Ma passion secrète, c’est l’alchimie » En même temps, et probablement sous l’effet du traitement, les dons paranormaux qui avaient toujours existé dans sa famille (sa grand-mère maternelle avait la seconde vue et interprétait les rêves d’une manière très freudienne) sont remontés à la surface Comme Newton, il s’intéressait à la fois aux disciplines paranormales, à l’optique, notamment à la théorie de la couleur, et à îa météorologie, notamment la théorie des nuages Par contre, il s’est détaché de plus en plus des religions, et à l’âge de quatre-vingts

ans il déclarait que la seule religion à laquelle il aurait voulu appartenir est celle des sectes du ive siècle qui voulaient faire la synthèse du christianisme, du judaïsme et des religions païennes On trouvera les preuves détaillées de l’intervention des alchimistes dans la vie de Goethe dans les références suivantes : R. D. Gray, Goethe the Alchimist (Cambridge Univ. Press, 1952). A. Raphaël, The Philosophe’s Stone (Routledge, 1965) Ces deux ouvrages sont vagues en ce qui concerne le nom de la société qui est intervenue Je n’ai pas d’information supplémentaire à ce sujet. Je voudrais simplement faire observer ceci : Beaucoup d’auteurs, et moi tout le premier, ont insisté sur l’Allemagne noire qui a culminé dans le nazisme. L’existence de cette Allemagne noire est malheureusement indiscutable. Mais il a existé aussi son opposé, l’Allemagne blanche. Et le nazisme lui-même ne paraît pas avoir été en mesure d’en détruire le centre. C’est ce centre qui, encore de nos jours, est le seul au monde en mesure de donner des autorisations de fonder des organismes d’initiation. La dernière en date de ces autorisations a été celle donnée à la fin du XIXe siècle à la Golden Dawn. Dans cette autorisation, le centre est désigné par les initiales S. D. A. C’est également cette organisation qui a donné l’autorisation de créer les « cercles cosmiques » de l’écrivain Stefan George. Plusieurs des officiers ayant participé à l’attentat du 20 juillet 1944 contre Hitler ont fait partie de ces « cercles cosmiques » Avec la mort d’Alexander von Bernus, le grand poète et alchimiste allemand contemporain, le seul lien que je connaissais pour joindre ce centre est disparu. Mais son existence est indéniable, et il est intervenu en 1770 pour sauver Goethe Il est à noter finalement que des savants aussi éminents que Max Planck et Werner Heisenberg ont pris ou prennent très au sérieux les idées de Goethe sur la relation entre l’alchimie et la science Il est donc possible d’admettre au moins comme une hypothèse l’existence d’une société des Immortels intervenant rarement. Et nos connaissances sur l’effet physiologique de l’eau lourde permettent au moins une hypothèse précise sur la fonction de l’élixir de longue vie Le lecteur pourra s’indigner à l’idée que l’élixir de longue vie est fondamentalement une découverte chimique basée uniquement sur les lois naturelles. Beaucoup de lecteurs s’attendraient plutôt à ce que le secret de l’immortalité comprenne essentiellement des éléments spirituels. J’ai le plus grand respect pour les conceptions de ce genre, et je voudrais recommander au lecteur qui s’intéresse à l’immortalité physique au point de vue spirituel l’ouvrage suivant : L’Immortalité physique, par Marcel Pouget (Editions et Publications premières) Raymond Abellio, dans la préface de ce livre, mentionne l’existence d’une secte californienne publiant un journal qui s’appelle Le Courrier d’lmmortalité. Ce journal aurait écrit : « Tout est possible, même l’immortalité Le jour viendra où les hommes s’étonneront que leurs ancêtres, dans leur ignorance, aient vécu des milliers de générations dans l’ombre terrifiante de la fausse conviction que la mort était inévitable. » C’est une belle remarque M. Pouget considère plutôt l’immortalité comme un état d’esprit pouvant être atteint de l’intérieur et constituant une résistance à la mort Malheureusement, si la seule volonté de résister à la mort produisait l’immortalité, il y a bien des déportés des camps de concentration qui seraient devenus immortels. Or les ex- déportés continuent à mourir et dans assez peu d’années il n’y en aura plus. M Pouget mentionne comme preuve de l’efficacité de sa méthode qu’il n’a pas consulté de médecin depuis quinze ans Je crois qu’il confond les effets et les causes et qu’il est en bonne santé parce qu’il n’a pas consulté de médecin depuis quinze ans et non pas le contraire. Son livre mérite le respect et même l’affection que l’on doit porter à ceux qui ont beaucoup souffert, mais il n’empêche pas qu’il répète les clichés parfaitement faux sur la pollution et les âneries habituelles sur le yoga, le prana, etc Par contre, sa description de la condition surhumaine est belle et mérite d’être reproduite : « On peut maintenant se demander pourquoi je nomme immortalité physique – ou même immortelle jeunesse – ce que j’ai ressenti d’incommunicable pendant ces quelques secondes C’est sans doute qu’au fond de moi-même

l’idée s’imposa avec force de l’impossibilité de vieillir et de mourir dans un état aussi formidable, aussi étincelant, de bonheur physique. La part de mon être d’où surgissait cette impression était un Moi qui ne se manifestait pas d’ordinaire mais qui, je l’éprouvais comme une indiscutable vérité, constituait le soutien lumineux de ma vie, ainsi que son guide vers une existence supérieure. » L’expérience seule compte : on verra bien si M. Pouget restera immortel. Je le lui souhaite vivement, mais je ne pense pas qu’il y ait quoi que ce soit de pratique à tirer de la méthode qu’il préconise. Si on veut absolument concilier toutes les idées, on peut d’ailleurs croire qu’à l’origine la société des Immortels a trouvé sa révélation dans ses intuitions paranormales, la prière ou même les contacts avec les extra-terrestres Ce qui m’intéresse, c’est de penser qu’il existe un produit simple, obtenu par le traitement de l’eau en présence de certains métaux dont très probablement l’or et qui prolonge la vie bien au-delà des limites que les biologistes considèrent comme normales. L’on comprend que le secret de ce produit soit gardé : il y a déjà suffisamment de problèmes de surpopulation sans qu’on vienne encore y ajouter l’immortalité Mais la société doit réserver ce traitement à certains êtres d’une valeur exceptionnelle, et elle doit aussi pouvoir remplacer ceux de ses membres qui meurent par accident : même un Immortel n’est pas à l’abri d’une guerre ou d’un accident d’automobile ou d’avion La société doit aussi veiller à la sauvegarde de son secret. Cette sauvegarde doit devenir de plus en plus difficile à mesure que les techniques militaires se perfectionnent. Dans le passé, lorsqu’on voyait que le portrait d’un homme ayant vécu au XVIIIe siècle ressemblait beaucoup à celui d’un homme ayant vécu au XIVe siècle sans qu’il y ait aucun rapport de parenté, on attribuait cela au hasard ou à la réincarnation. Ceux qui étaient frappés par la ressemblance de certaines signatures d’hommes séparés par des siècles, comme par exemple (surtout sous forme d’initiales) les signatures de Roger Bacon et de Roger Boscovitch, n’insistaient pas. Mais par la suite, si on trouve au XXIe siècle les mêmes empreintes digitales sur un fichier de police qu’au XIXe siècle, des questions vont être posées Il en sera de même des photographies, quoique toutes les photographies de passeport se ressemblent, et toutes les photographies de journaux. Avant la guerre, le Canard enchaîné a prouvé, preuves en main, que l’Aga Khan était le même que le politicien Albert Sarraut et que le Premier ministre grec Vascencellos. La ressemblance des portraits d’agence était réellement séduisante. Si on trouve des moyens d’identification encore meilleurs que les empreintes digitales : structure rétinienne, électro-encéphalogramme, et que tous les humains soient fichés par un ordinateur central, celui-ci s’apercevra que certains humains survivent à travers les âges. À moins que la société secrète des Immortels ne trouve moyen de détraquer ce calculateur à distance… On pourrait se demander si certains des symboles de la société ne risquent pas d’être identifiés. Le rapport entre la pomme et l’immortalité est tellement répandu dans le monde entier, partout où ce fruit existe, qu’il mériterait examen. De même, la légende des Immortels qui sont en train de dormir mais vont reparaître fournit peut-être des indices. La plus classique de ces légendes est le roi Arthur, celui de la Table Ronde, qui dormirait sur Richmond Castle, dans le Yorshire. Il y aurait été vu. Mais il y a également le roi tchèque Wenzel, qui dort sous le mont Blanik ; Frédéric Barberousse, qui dort sous les montagnes de Thuringe (je ne peux m’empêcher de citer une indication de jeux de scène de Victor Hugo, admirable par sa naïveté, dans Les Burgraves : « Mendiant, dis-moi ton nom. – Frédéric Barberousse, empereur d’Allemagne. » Et l’annotation de Victor Hugo est : « Étonnement et stupeur. » Il y a de quoi.) On cite aussi le roi Marko, qui dort dans les montagnes serbes ; le brigand Dobocz, qui dort sous les Carpates. Il y aurait également les fondateurs de la Fédération suisse, Ogier le Danois, et bien d’autres Chacune de ces légendes désigne peut-être des Immortels. Il y a également la légende des Sept Dormeurs d’Éphèse, légende chrétienne que l’on retrouve également dans le Coran On trouve aussi des dormeurs immortels dans les Niebelungen qui ont terriblement influencé Hitler, dont le mot d’ordre fut finalement : « Allemagne, réveille-toi » Une chanson de marche nazie dit ; «L’heure approche où les morts se réveilleront, y compris ceux qui se croyaient vivants. » Les mythes parlant, même de nos jours, des forteresses souterraines des Immortels, sont extrêmement nombreux Les Supérieurs inconnus, les maîtres qui ont inspiré des mouvements tels que la théosophie ou le Golden Dawn, seraient immortels Ils auraient également le pouvoir d’immobiliser leur corps dans une transe où il ne s’use pratiquement pas, pendant qu’ils font du travail mental, qu’ils réfléchissent ou même qu’ils voyagent par clairvoyance dans d’autres régions de l’espace Pythagore et Francis Bacon seraient de nos

jours encore parmi eux. Tout cela est évidemment difficile à prouver et ne peut guère être considéré comme établi. Il y a là peut- être cependant une piste L’état civil devrait fournir des pistes plus sérieuses. Quelques études là-dessus ont été faites par des médecins légistes à qui très curieusement on a refusé la publication et qui préfèrent ne pas être cités. On connaît la date de naissance de l’alchimiste Jean Lallemant, mais non pas la date de sa mort. D’une façon générale, et contrairement à ce qu’on dit dans la presse, on ne retrouve jamais dans l’état civil la mort de centenaires ou de personnes encore plus âgées Lorsque tel journal annonce qu’une personne est morte à l’âge de cent ans, la vérification à l’état civil ne montre généralement pas plus de quatre-vingt-quinze ans. Un statisticien français me disait : « Les centenaires ne meurent jamais. » Le phénomène est absolument général dans tous les pays du monde, y compris l’Union soviétique, mais on refuse généralement les communications à son sujet Les cas de gens, généralement des chercheurs spécialisés dans les sciences secrètes dont on ne peut pas retrouver la date de la mort, alors que l’on connaît parfaitement leur date de naissance, sont relativement nombreux. Y compris dans les pays où l’état civil est bien tenu, et dans les époques très modernes. Meyrinck dit poétiquement que lorsqu’on ouvre certains cercueils, on n’y trouve pas de cadavre mais une épée symbolique. Cette épée est taillée, dit-il, dans de l’oxyde de fer cristallin très dur (magnétite). Là aussi, il y a une symbologie intéressante En Chine, il y aurait des Immortels à la tête des grandes sociétés secrètes, et notamment du Dragon d’Émeraude. Même la police de Mao ne me paraît pas avoir détruit ces sociétés secrètes Il serait évidemment intéressant de savoir si l’immortalité se transmet à la descendance En principe, les caractères acquis ne sont pas transmis, mais tout récemment on a apporté un certain nombre de preuves que l’A. D. N peut être influencée du dehors. Il est possible aussi que certains êtres héritent de l’immortalité ou de la vie très prolongée sans le savoir Ne quittons pas l’état civil sans mentionner qu’il est extrêmement facile d’en avoir un nouveau et qu’il doit y avoir des Immortels qui changent périodiquement d’identité sans que cela leur pose aucun problème Les légendes sur des fontaines naturelles contenant cette eau modifiée que nous avons appelée élixir de longue vie sont très nombreuses. La plus célèbre est celle du conquistador espagnol Ponce de Léon, qui en aurait trouvé une dans les Bahamas. Chose curieuse, dans l’île de Bimini, où se trouve la fontaine de Ponce de Léon, on trouve aussi des reliques d’une civilisation disparue, et notamment le fameux mur de Bimini, vieux de dix mille ans. La coïncidence est pour le moins curieuse Des fontaines de ce genre se trouveraient un peu partout sur la Terre. Bien entendu, les psychanalystes ont superposé là-dessus leur symbolisme puéril. Ce qu’il y a de remarquable, c’est qu’ils rapprochent la Lune de l’eau Or justement la Lune, c’est le seul monde qui ne possède pas d’eau… tout au moins à sa surface. Par contre, le symbolisme religieux de l’eau bénite, de la fontaine de la vie éternelle, de l’eau qui donne la vie éternelle, doit être considéré avec la plus grande attention Tout récemment, un certain nombre d’autres formes d’eau que l’eau ordinaire et que l’eau lourde ont été découvertes. Citons en particulier l’eau super-lourde, contenant deux atomes d’hydrogène 3 et un atome d’oxygène, et l’eau polymérisée Quelque part dans la structure de ces multiples formes d’eau se trouve le secret de l’immortalité physique. Même l’eau ordinaire est en rapport avec le cosmos. Piccardi a montré que ses propriétés physiques et chimiques changent avec le temps. Il semble que ces changements puissent être reliés à la traversée par la Terre de diverses régions de l’espace La trajectoire de la Terre, qui est hélicoïdale (combinaison de la rotation de la Terre autour du Soleil et du déplacement du système solaire vers Véga), coupe le champ galactique à un angle variable, et ceci se reflète dans la structure de l’eau L’eau modifiée, l’élixir de vie, l’eau qui dissout l’eau lourde et l’entraîne hors de l’organisme, doit probablement être fabriquée à un point précis du cycle cosmique. Il n’est pas possible de savoir, tellement le secret est bien gardé, à quelle fréquence elle doit être administrée, ni en quelle quantité. En tout cas, la fabrication est probablement tellement simple que les Immortels ne doivent pas avoir de difficultés à se la procurer On peut se demander à quels autres signes on peut reconnaître un Immortel. La question est difficile. Peut-être à un manque de sommeil La libération de la nécessité de sommeil a été constatée médicalement plusieurs fois. Elle est rare, mais elle existe. En 1961, on a étudié un Anglais appelé Eustace Bumett, âgé à l’époque de quatre-vingt-un ans. Il n’avait pas dormi pendant cinquante-quatre ans Il était en excellente santé. L’hypnotisme n’agissait pas sur lui. Les somnifères lui donnaient un mal de tête. Il restait cependant au lit six heures chaque nuit pour se reposer

et passait le temps en lisant, en écoutant la radio et en faisant des mots croisés dont il était friand À vrai dire, on devrait surtout reconnaître un Immortel par la sagesse qu’il a acquise, par son détachement, par le développement progressif de son intelligence. Car à quoi servirait l’immortalité si on reste le même ? C’est une fois de plus le problème de la condition surhumaine que nous abordons ici et qui est au-delà des limites de notre imagination Pas plus que le singe ne peut nous imaginer, nous ne -pouvons réellement concevoir l’immortel ou surhomme. La solitude, l’insatisfaction de la vie, le manque de curiosité sont des phénomènes de mortalité. Quelqu’un qui a le temps devant lui doit avoir une mentalité très différente de la nôtre. Et la première conséquence en doit être la perte de toute ambition, de tout désir d’interférer. L’Immortel doit, dans un sens plus profond que celui de Voltaire, « cultiver son jardin» Chesterton a dit : « César et Napoléon se sont donné un mal fou pour qu’on parle d’eux, et on a parlé d’eux. Il existe des hommes qui se donnent autant de mal pour qu’on ne parle pas d’eux, et on ne parle pas d’eux.»

You Want To Have Your Favorite Car?

We have a big list of modern & classic cars in both used and new categories.